Couture pour débutantes : Les 10 Outils Indispensables

Share

Quand j’ai démarré la couture, je me suis vite rendue compte qu’il me fallait m’équiper de certains outils et accessoires indispensables. Pour certains d’entre eux, on se dit qu’on peut faire sans, mais en réalité, ils nous font gagner un temps fou, et surtout, permettent de travailler beaucoup plus proprement ! J’ai donc décidé de vous faire une petite liste des outils qui sont, à mon sens en tout cas, indispensables pour mener à bien vos plus belles et ambitieuses créations. En plus, on s’en sort pour quelques euros seulement.

Outil #1 : La paire de ciseaux et le mètre de couturière

 

ciseaux couture droitier

Ciseaux de couture pour droitiers

ciseaux couture gaucher

Ciseaux de couture pour gauchers

 

Alors oui, je sais ce que vous allez dire : « Mais c’est évident, elle nous prend pour des buses ou quoi ? ». Le fameux ciseau de couturière est le premier outil indispensable dans votre boîte à malice. Pourquoi je le précise ? Parce que les débutantes ont tendance à utiliser la vieille paire de ciseaux qui traîne depuis des années au fond d’un tiroir et qui date de leurs années scolaires. Après tout, un ciseau est un ciseau non ? Tant que ça découpe des trucs… ERREUR FATALE ! Il vous faut une paire de ciseaux « de couturière » que vous dédierez spécialement et exclusivement à cet usage.

Mais pourquoi ???

Parce que pour bien réussir toute création de couture quelle qu’elle soit, de la petite trousse toute simple au corset élaboré, l’une des étapes les plus importantes est évidemment la découpe du ou des tissus, qui doit être nette et précise. Vos lames de ciseaux doivent être bien aiguisées, ce qui est le cas lorsque vous achetez une nouvelle paire. Si vous découpez autre chose que du tissu avec vos ciseaux, vous allez abîmer les lames plus rapidement, et vos découpes seront vite plus laborieuses et beaucoup moins nettes. Par ailleurs, les ciseaux de couture sont spécialement conçus (taille, forme, affûtage des lames) pour une découpe optimale. Saviez-vous que, par exemple, les fibres contenues dans le papier et le carton encrassent et détériorent très rapidement toute lame utilisée pour en découper ? Les meilleures couturières vous le diront (pour ma part, ma grand-mère le disait, ma tante le dit encore, toutes deux des couturières hors paire), et elles ont de bonnes raisons : un ciseau de couture doit rester un ciseau dédié à la découpe du tissu, ET RIEN D’AUTRE !

Quant au mètre de couturière, il est lui aussi une évidence. Vous en aurez besoin à chaque étape, et sa souplesse vous permettra de mesurer aussi bien les lignes droites que les courbes.

mètre couture

Outil #2 : Le cutter rotatif

 

cutter rotatif couture

Le cutter rotatif (rotary cutter en anglais) vient en complément des ciseaux. Pour ma part, ce truc a changé ma vie ! Il est par exemple très pratique pour découper les tissus épais, voire très épais (comme du cuir de 3mm d’épaisseur ou plus), et devient indispensable quand vous avez une pièce à découper plusieurs fois. En effet, pour gagner du temps et avoir des pièces de tissu découpées à l’identique, on superpose plusieurs couches de tissu (ou on le replie plusieurs fois), avant de découper la pièce du patron dedans. Au ciseau, il peut arriver que vos différentes pièces ne soient pas identiques à la fin, parce que beaucoup de tissus bougent (surtout les tissus extensibles !), et parce que le fait de devoir légèrement relever vos couches de tissu pour passer le ciseau dessous peut suffire à créer un décalage de votre découpe d’une pièce à l’autre. Avec le cutter rotatif, vous laissez vos couches de tissu posées bien à plat sur votre table de travail, ce qui vous permet des découpes nettes et identiques. Le cutter rotatif sera votre meilleur ami pour découper de belles lignes droites, mais sera tout aussi efficace dans les courbes. Il est pratique pour tous les tissus, mais vous sortira surtout de bonnes galères avec les tissus épais et les tissus extensibles, les uns étant difficiles à découper, les autres gigotant comme des anguilles !

Pourquoi un cutter rotatif et pas un cutter classique ?

Le cutter classique peut convenir pour du cuir épais, mais c’est tout…et encore…! Il glissera mal sur votre tissu, qui bougera, ce qui donnera des découpes pas très nettes, voire…digoulasses ! La rotation de la lame permet de découper tout en avançant de façon fluide, sans plier le tissu sous la lame.

Pour acheter un cutter rotatif, je vous déconseille d’aller en mercerie, ou les prix sont tout bonnement exorbitants, alors qu’on le trouvera aussi bien dans le magasin de bricolage du coin. J’ai mis un lien vers Amazon dans l’image, où vous en trouverez aussi à des prix raisonnables.

Outil #3 : Le découseur

 

couture découseur découvit

Que dire… une couturière sans découseur, c’est comme un oiseau sans ailes, un croissant sans beurre, un hipster sans barbe…ou sans chignon…bref, si vous n’en avez pas encore, courrez vous en procurer un ! En couture, et tout particulièrement quand on débute, on coud parfois de traviole, ou dans le mauvais sens par inattention etc. et dans ce cas, découdre une ligne bien serrée faite avec zèle par votre machine à coudre peut s’avérer être une vraie corvée, bien longue et fastidieuse comme on les aime ! Avec un découseur, parfois appelé aussi découd-vite, vous allez là encore gagner un temps fou, et pouvoir découdre de longues lignes de couture en quelques minutes sans, aussi, abîmer votre tissu. En plus, si vous souhaitez vous lancer dans des projets de customisation de vêtements, ou démonter vos vêtements pour en faire de nouveaux, là aussi le découseur sera indispensable. Pour ma part, j’ai intégralement démonté une gigantesque veste de pompier chinée dans un surplus, pleine de velcros cousus partout et de fermetures éclaires en tout genre…sans mon découseur, je crois que je n’aurais même pas acheté la veste (vous verrez dans un prochain post ce que je compte en faire) !

Outil #4 : Les crayons ou craies de couture

 

crayons couture

Alors là pareil, un peu comme pour les ciseaux, beaucoup me diront « mais oui c’est évident » ! Raison de plus pour faire figurer dans cette liste le crayon de couture, ou la craie. C’est l’outil indispensable pour tracer vos patrons sur vos tissus. Non parce que pour celles à qui ça aurait peut-être traversé l’esprit, tracer un patron sur un tissu au stylo, c’est impossible et impensable ! Idem pour le moulage, il vous servira souvent à tracer vos repères de découpe et/ou de couture. Que ce soit sous forme de crayon ou de craie de tailleur, c’est un must de la trousse de couturière ! N’oubliez pas de le prendre en plusieurs couleurs, le blanc de se verra pas suffisamment sur les tissus clairs !

Outil #5 : Les épingles droites

 

épingles

Avec l’expérience, il vous arrivera sans doute de plus en plus souvent de vous passer d’épingles pour faire vos lignes de couture. Mais en attendant, c’est un accessoire dont il ne faut pas hésiter à user et abuser. Les épingles droites vous permettront d’épingler vos lignes de coutures afin, d’une part, d’avoir des repères réguliers, et d’autre part, de bien maintenir vos tissus en place. Comme en plus elles ne coutent pas cher, et qu’elles sont donc accessibles même aux plus petits budgets, n’hésitez pas à vous constituer un stock important, car même les épingles de bonne qualité finissent par s’user, se tordre, et aussi parfois se perdre…!

Outil #6 : Les épingles à nourrice

 

épingles à nourrice

Les épingles à nourrice vous seront très utiles lorsque vous voudrez ajuster un vêtement à votre taille (ou à la taille d’un client ou ami). Elles peuvent aussi servir en cours de création pour les essayages intermédiaires. La raison est simple et devrait sauter aux yeux de bon nombre d’entre vous : ça ne pique pas ! Parce qu’épingler un ourlet en bas d’un pantalon, par exemple, ou épingler une robe à la taille pour l’ajuster, le tout sur un modèle « vivant », avec des épingles droites, peut vite devenir délicat ! Même si vous avez suffisamment de dextérité pour épingler un vêtement sur une personne sans la piquer, il va ensuite falloir enlever ce vêtement sans que les épingles ne sautent et sans que la personne ne se blesse. Pour cela, rien de mieux que les épingles à nourrice, qui ne bougeront pas de leur place et qui ne risqueront pas de vous blesser !

Outil #7 : Le coussin porte-épingle

 

porte épingles couture

Qui dit épingles dit coussin porte-épingle ! En bracelet à porter au poignet ou en simple coussin à poser à côté de vous, il vous fera gagner un temps fou. Attraper une épingle dans sa boîte, en avoir 10 qui viennent avec, en faire tomber la moitié….ça va vous énerver en plus de vous faire perdre du temps. En plus, pas besoin de ranger vos épingles après usage, il suffira de les replanter dans le coussin. Attention : Ne surtout pas la donner remplie d’épingles à un ami en lui disant que c’est un anti-stress (sauf si vous voulez vous venger MOUAHAHAHAHA), non mais quelle idée franchement 😀 (et non je ne l’ai jamais fait, même si j’avoue, ça m’a déjà traversé l’esprit…).

Acheter un coussin porte-épingle n’est pas obligatoire, c’est très facile de s’en fabriquer un soi-même, avec une chute de tissu et un peu de mousse de rembourrage, je ferai un tuto à ce sujet très bientôt 🙂

Outil #8 : Le fer à repasser…et la table !

 

repassage, fer à repasser

Le repassage, qu’on se le dise, c’est chiant. J’ai beau être passionnée de couture, cette étape me pompe l’air proprement ! Du coup, au début, je zappais littéralement le repassage dans mes premières créations, bien qu’on m’ait déjà dit mille fois que c’était indispensable. Et donc, je ne comprenais pas pourquoi je galérais avec mes coutures de travers et mes ourlets mal faits, malgré tout le soin et la minutie que j’y mettais. J’ai vite compris que je n’y couperais pas. Je ne repasse toujours pas mes fringues, mais dorénavant je repasse TOUJOURS mes coutures. Pour tous vos projets, le repassage vous permettra d’avoir de belles finitions, propres, droites, professionnelles. Qu’il s’agisse d’aplatir une couture, de plier un ourlet, ou tout simplement de repasser votre tissu avant de le découper, il est important d’être bien équipé. Sans forcément avoir une centrale vapeur dernier cri (si j’en ai une personnellement, c’est parce qu’on me l’a offerte…!), un petit fer à repasser de base, accompagné d’une table ou d’un tapis de repassage, suffiront amplement même pour des projets élaborés.

Petit plus pas indispensable mais pratique : la jeannette ! jeannette de repassage

La jeannette de repassage est le petit accessoire qui ressemble à une table à repasser miniature, et qui est très pratique, notamment, pour repasser les manches et les petits ouvrages.

 

Outil #9 : Assortiment de fils à coudre

 

fils à coudreAu début, on a tendance à uniquement acheter des bobines de fils assorties à nos futurs projets, au compte goutte, par souci d’économie, parce qu’on ne voit pas l’intérêt d’acheter des couleurs dont on n’a pas besoin tout de suite etc. En tout cas, c’était mon cas au début. Du coup, quand j’ai cousu mon premier jeans, j’ai acheté une bobine couleur turquoise pour les surpiqûres, en oubliant d’acheter une bobine « couleur carrosserie » pour les autres coutures. Résultat, toutes mes coutures sont visibles, et avaient du coup plutôt intérêt à être parfaites. Autre inconvénient de mon système de radine, je dois retourner à la mercerie (ou refaire une commande en ligne, et attendre la livraison) à chaque fois que j’ai un nouveau projet, même si j’ai déjà le tissu ! En investissant quelques euros dans un lot de bobines multicolores (qui sera moins cher que de les acheter à l’unité), vous gagnerez du temps en ayant à retourner moins souvent vous réapprovisionner, et de l’argent par la même occasion (bah oui, le temps, c’est de l’argent…) !

Outil #10 : Un stock de canettes

 

canette machine coutureSouvent, plusieurs canettes vous sont fournies lors de l’achat de votre machine à coudre, mais pas toujours, et pas assez. À chaque fois que vous changez de couleur en haut, il faut aussi changer de couleur en bas, et si votre canette est encore bien remplie du fil de la dernière couleur utilisée, vous n’allez clairement pas vous amuser à dérouler ce fil pour en mettre un autre. Avoir un petit stock de canettes, disons une dizaine, est donc indispensable pour pouvoir passer rapidement d’une couleur à l’autre. En plus, une fois que vous aurez plusieurs canettes déjà remplies des fils de couleur que vous utilisez le plus, vous pourrez encore plus rapidement les inter-changer. Attention lors de votre achat, veillez bien à ce que les canettes soient compatibles avec votre machine à coudre. Pour être tranquille, achetez directement des canettes universelles, ou des canettes de la marque de votre machine.

Voilà, avec tous ces accessoires, vous serez armée jusqu’aux dents pour réaliser vos plus belles idées, et pour les couturières débutantes, vous serez parées pour progresser rapidement et efficacement, jusqu’à surpasser les plus expertes 🙂




Publié dans Couture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*