fbpx

J’apprends à coudre à la surjeteuse et à la recouvreuse

Il fallait que je vous présente ce livre que j’ai dans ma bibliothèque, et qui m’a sauvée de bien des misères. Parmi la multitude d’idées et de projets qui fourmillent dans ma petite tête, il y en a de nombreux en jersey et autres tissus stretch. Or, pour coudre du stretch, une surjeteuse est IN…wait for it…DISPENSABLE ! Oui oui, en bonne débutante j’ai tenté de coudre du stretch à la machine normale, et même en point zigzag, je vais casser un mythe : ça ne tient pas ! Il y a quelques mois, j’ai donc acheté une surjeteuse, et honnêtement, quand on n’y a jamais touché de sa vie, c’est une vraie galère !

On se dit “bof, ça doit être grosso merdo le même principe qu’une machine classique”, sur le fond, c’est pas faux, sur la forme, c’est autre chose ! Et la notice explicative, en tout cas en ce qui concerne le modèle que j’ai acheté, était loin d’être claire. J’ai donc galéré seule dans mon coin un petit bout de temps (ci-dessous l’intérieur de la bête…photos extraites du livre).

surjeteuse

Et puis, en allant dans une librairie à la recherche d’un cadeau pour une amie, je fais un petit détour au rayon bouquins de couture et là, je trouve le GRÂÂÂÂL ! Le livre “J’apprends à coudre à la surjeteuse et à la recouvreuse” (oui oui c’est vachement long comme titre) aux éditions Marie Claire, écrit par Clémentine Lubin, explique pas à pas et dans les moindres détails comment fonctionne une surjeteuse, une recouvreuse, une qui fait les deux, tous les points de couture possibles, pourquoi et comment on les choisis, comment faire l’enfilage des 4 fils (voire 5 dans certaines machines), etc. Il y a de nombreuses photos très bien faites et 15 patrons gratuits expliqués pas à pas et agrémentés de leçons intermédiaires, bref, que demander de plus ! Pour vous expliquer tout ça, l’auteur utilise des modèles de surjeteuses Singer, mais si vous possédez ou comptez acheter une autre marque, pas de problème, le mécanisme sera sensiblement le même (pour ma part, j’ai une Element by Pfaff, chinée au Lidl pour environ 130€, une affaire !).

Voici encore quelques photos pour vous faire une idée :

Pour couronner le tout, les patrons sont super sympas ! Personnellement, je n’en ai pas encore attaqué un (mais c’est en projet !), mais j’ai pu grâce à ce bouquin avancer vite et mieux sur mon projet de jeans 🙂 ! S’il vous intéresse, il coûte une vingtaine d’euros, et vous devriez en principe le trouver chez votre libraire. Sinon, je l’ai aussi trouvé sur Amazon 🙂

 




Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour,
    je suis très intéressée par les patrons de jeans que tu as mis en téléchargement et notamment celui du bootcut. Cependant, j’aimerais voir le rendu et je ne trouve pas les photos que tu dis avoir mises sur le site. Par ailleurs, je me pose plusieurs questions:
    faut-il se fier aux tailles, qu’est-ce que ça donne par rapport à un jean Levis par exemple ? Les coutures sont-elles comprises et est-ce qu’il y a quelque part un plan de coupe?
    Merci aussi beaucoup d’avoir partagé tes découvertes: je suis vraiment enthousiasmée d’apprendre l’existence des patrons à la taille Lekala, mais j’ai un peu peur de me lancer car si je comprends bien les instructions sont au mieux en anglais et là non plus il n’y a pas de plan de coupe. Malheureusement, je suis loin d’être bilingue….
    Un grand merci donc pour tous ces nouveaux projets que tes révélations font naître en moi.
    Dans l’attente de ta réponse à toutes ces questions, je te souhaite une excellente journée.
    Bien à toi,
    Emmanuelle

    1. Bonjour et merci pour ton commentaire !

      C’est justement le patron bootcut que j’avais moi-même testé, mais c’est vrai que je n’ai pas fait de tutoriel à l’époque pour celui-là. Donc oui on peut se fier aux tailles, et niveau coupe ça vaut un jean Levis, après ça dépend aussi de la qualité du tissu choisi. Les marges de coutures ne sont pas inclues sur le patron, à toi de les ajouter au moment de tracer le patron sur le tissu ou au moment de la découpe. Personnellement j’ajoute 1cm, mais si tu débutes ajoute plutôt 1,5cm sur tous les côtés où il y aura des coutures. Par contre en bas des jambes ajoute au moins 3 cm, pour faire un ourlet double, et pour ajuster la longueur.
      C’est vrai qu’il n’y a pas de plan de coupe non plus (par contre il y en a sur les patrons Lekala il me semble). Personnellement pour les jeans je n’hésite pas à acheter plus de tissu que ce qu’il faut, parce que je trouverai toujours quoi faire avec ce qui reste 🙂 sinon je dirais que pour un jean dans beaucoup de tailles 3m de tissu suffisent en principe.
      Et pour la photo c’est vrai que je l’avais enlevée, merci de l’avoir remarqué, je vais la republier, probablement plutôt sur la page Facebook du blog !
      Pour Lekala effectivement les instructions sont en anglais, et c’est embêtant pour les débutantes non bilingues… Par contre si tu sais déjà comment monter tel ou tel type de vêtement, alors tu n’as pas besoin des instructions. D’ailleurs j’ai fait un tuto sur le patron de pantalon baggy de chez Lekala, et si tu le suis, tu sauras aussi assembler un jean ou à peu près n’importe quel pantalon, la seule différence du baggy étant ses poches latérales : https://full-of-craft.com/tuto-couture-pantalon-baggy-lekala/
      Voilà j’espère que j’ai répondu à tout 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer